Fight for indigenous rights in Bolivia


This video is called Secrets of The CIA – Bolivia; and Che Guevara.

From British daily The Guardian:

Class war threatens Bolivia over Morales reforms

· Farmers rally to back presidential programme
· Leadership blames clashes on US interference

Lola Almudevar in Sucre

Tuesday September 11, 2007

Thousands of poor farmers and indigenous activists marched through the Bolivian city of Sucre yesterday to support the embattled government’s attempt to rewrite the constitution.

The demonstrators vowed to defend President Evo Morales‘s “democratic revolution”, a radical effort to empower previously marginalised groups which is shaking South America’s poorest country.

Mr Morales, a former coca farmer, wants to redress Bolivia’s colonial legacy in a new charter drafted by a constituent assembly. For his indigenous supporters, who form 60% of the population, the assembly is a long overdue assertion of their power and rights. “For the first time the political constitution will recognise our existence as indigenous people. Until now we have not had rights, that is why this fight is important,” said Wilber Flores, an MP and indigenous leader.

However, the initiative risks foundering because of opposition from students and the middle class, many of them descendants of European settlers. They accuse Mr Morales of polarising the country and excluding the relatively wealthy eastern lowlands from power.

See also here.

And here.

And here.

And here.

And here.

And here.

And here.

And here.

Over the past decade, a new rise of mass struggles in Latin America has sparked an encounter between revolutionists of that region and many of those based in the imperialist countries. In many of these struggles, as in Bolivia under the presidency of Evo Morales, Indigenous peoples are in the lead: here.

7 thoughts on “Fight for indigenous rights in Bolivia

  1. The Conspiracy to Divide Bolivia Must Be Denounced

    Adolfo Pérez Esquivel, Rigoberta Menchú, Noam Chomsky…

    April 08

    The situation in Bolivia is each day more serious. It is now our duty to support the President Evo Morales, by signing and forwarding this petition. You can give your support to cabohorquez@gmail.com or to yamp@min.cult.cu

    The process of changes in favor of the Bolivian majority is at risk of being brutally restrained. The rise to power of an Indigenous president with unprecedented support in that country and his programs of popular benefits and recovery of the natural resources have had to face the conspiracies of the oligarchy and United States interference from the very beginning.
    In recent days the increase in conspiracy has reached its climax. The subversive and unconstitutional actions of the oligarchic groups to try to divide the Bolivian nation reflect the racist and elitist minds of these sectors and constitute a very dangerous precedent not only for the country’s integrity, but for oth e r countries in our region.
    History shows with ample eloquence, the terrible consequences that the divisionary and separatist processes supported and induced by foreign interests have had for humanity.
    Faced with this situation the signers below would like to express their support for the government of Evo Morales Ayma, for his policies for change and for the sovereign constituent process of the Bolivian people. At the same time we reject the so-called Santa Cruz Autonomy Statute due to its unconstitutionality and the attempt against the unity of a nation of our America.

    Adolfo Pérez Esquivel (Argentina); Rigoberta Menchú (Guatemala); Noam Chomsky (EEUU); Oscar Niemeyer (Brasil); Eduardo Galeano (Uruguay); Ignacio Ramonet (España/Francia); Elena Poniatowska (México); Frei Betto (Brasil); Gianni Vattimo (Italia); Adolfo Sánchez Vázquéz (España/México); Ernesto Cardenal (Nicaragua); Armand Mattelart (Bélgica); Ramsey Clark (EEUU); Manu Chao (Francia/España); Franz Hinkelammert (Alemania/Costa Rica); Francois Houtart (Bélgica); Alfonso Sastre (España); Paul Leduc (México); Fernando Pino Solanas (Argentina); Roberto Fernández Retamar (Cuba); Howard Zinn (EEUU); Keith Ellis (Canadá); Jorge Enrique Adoum (Ecuador); Belén Gopegui (España); Arturo Roig (Argentina), Jesusa Rodríguez (México); Stella Calloni (Argentina); Joao Pedro Stedile (Brasil); Eric Toussaint (Bélgica); Rafael Cancel Miranda (Puerto Rico); Richard Gott (Reino Unido); Miguel D’Escoto (Nicaragua); Silvio Rodríguez (Cuba); Carmen Bohórquez (Venezuela); Víctor Heredia (Argentina); Blanca Chancosa (Ecuador); Thiago de Mello (Brasil); Juan Mari Bras (Puerto Rico); Hildebrando Pérez (Perú); Pascual Serrano (España); Fernando Rendón (Colombia); Víctor Víctor (República Dominicana); Luisa Vicioso (Rep. Dominicana); Cecilia Todd (Venezuela); Alex Cox (Reino Unido); Danny Rivera (Puerto Rico); Isaac Rosa (España); Jean Marie Binoche (Francia); Ramón Chao (España/Francia); Pablo Guayasamín (Ecuador); Andrés Sorel (España); Ariel Dorfman (Chile); Carlo Frabetti (Italia/España); Carlos Fazio (México); Manuel Cabieses (Chile); Carlos Fernández Liria (España); Cintio Vitier (Cuba); Héctor Díaz-Polanco (Rep. Dominicana/México); Javier Couso Permuy (España); Jaime Caycedo (Colombia); Fernando Martínez Heredia (Cuba); Isabel Parra (Chile); James Cockcroft (EEUU); Fina García Marruz (Cuba); Fernando Morais (Brasil); Juan Madrid (España); Pablo Marcano García (Puerto Rico); Graziella Pogolotti (Cuba); Piero Gleijeses (Italia/EEUU); Raúl Pérez Torres (Ecuador); Miguel Barnet (Cuba); Roberto Diaz Castillo (Guatemala); Nancy Morejón (Cuba); Salim Lamrani (Francia); Santiago Alba Rico (España); Saul Landau (EEUU); Stefania Mosca (Venezuela); Víctor Flores Olea (México); Wim Dierckxsens (Costa Rica); Wozniak (Polonia); Eric Nepomuceno (Brasil); Aldo Díaz Lacayo (Nicaragua); Alfredo Vera (Ecuador); Angel Augier (Cuba); Antonio Elías (Uruguay); Beverly Keene (Argentina/EEUU); Constantino Bértolo (España); Michel Collon (Bélgica); Juan Carlos Camaño (Argentina); César López (Cuba); Emir Sader (Brasil); Fernando Buen Abad Domínguez (México); Eduardo Torres-Cuevas (Cuba); Gennaro Carotenuto (Italia); Gilberto Maringoni (Brasil);Gloria la Riva (EEUU); Hernando Calvo Ospina (Colombia); Higinio Polo (España); Iván Padilla (Venezuela); Jaime Sarusky (Cuba); James Early (EEUU); Jorge Beinstein (Argentina); Jorge Sanjinés (Bolivia); José Steinsleger (Argentina/México); Julio César Monge (El Salvador); Lasse Söderberg (Suecia); José Hugo Moldiz Mercado (Bolivia); José Pertierra (Cuba/EEUU); Luciano Vasapollo (Italia); Luis Bilbao (Argentina); Manuel Talens (España); Marcos Roitman (Chile): Marlon Santi (Ecuador); Matías Bosch (Rep. Dominicana); Michele Mattelart (Francia); Montserrat Ponsa Tarres (España); Néstor Kohan (Argentina); Pablo Armando Fernández (Cuba); Roberto Montoya (Argentina/España); Sergio Trabucco (Chile); Medea Benjamín (EEUU); Reynaldo González (Cuba); Roberto Sánchez Ramos (España); Setsuko Ono (Japón/EEUU); Vicente Battista (Argentina); Vicente Rodríguez Nietzsche (Puerto Rico); Winston Orrillo Ledesma (Perú); Alberto Lecci (Argentina); Alejandro Moreano (Ecuador); Alessandra Riccio (Italia); Alicia Jrapko (EEUU); Ana Esther Ceceña (México); Angel Juarez Almendros (España); Antoine Chao (Francia); Ángeles Maestro (España); Antón Arrufat (Cuba); Aram Aharonian (Uruguay); Claudia Camba (Argentina); Carilda Oliver Labra (Cuba); Claudia Korol (Argentina); Daniel Lorenzi (Italia); David Acera (España); Faride Zeran (Chile); Diosdado Toledano (España); Félix Julio Alfonso López (Cuba); Francisco (Pancho) Villa (Chile); Irene Amador (Colombia); Francisco de Oraa (Cuba); Jane Franklin (EEUU); Humberto Arenal (Cuba); Juan Brom (México); Lisette Nicole Adoum (Suiza); Jorge Ibarra (Cuba); Luciano Alzaga (Argentina); Marilia Guimaraes (Brasil); José Ignacio López Vigil (Cuba); Manuel de la Rica (España); Maximilien Arvelaiz (Venezuela); Leonardo Acosta (Cuba); Miguel Mirra (Argentina); Milagros Rivera Rérez (Puerto Rico); Oscar-René Vargas (Nicaragua); Osvaldo León (Ecuador); Paulo Nakatani (Brasil); Pepe Viñoles (Uruguay); Red Ronnie (Italia); Rolando Rodríguez (Cuba); Sara Rosemberg (Argentina); Vicente Romano (España); Sergio Ortiz (Argentina); Yamandú Acosta (Uruguay); Antonio Cuesta (España); Antonio Gaztambide (Puerto Rico); Coriún Aharonian (Uruguay); Rosa Miriam Elizalde (Cuba); Daniel del Solar (EEUU); Ángel Guerra (Cuba); Edgar Páez (Venezuela); Eva Golinger (EEUU); Guillermo C. Cohen-DeGovia (México); Estrella Rey (Cuba); Hiram Guadalupe Pérez (Puerto Rico); Humberto Mata (Venezuela); Isabel Monal (Cuba); Jhonny Jiménez (Ecuador); Joseba Macías (País Vasco); Juan Carlos Monedero (España); Julio Pomar (México); René Vázquez Díaz (Cuba); Liliana Játiva (Ecuador); Daniel das Neves (Argentina); Luis Hernández Navarro (México); María del Carmen Barcia (Cuba); Mertxe Aizpurua (País Vasco); Andrés Gómez (Cuba/EEUU); Nayar López (México); Ramon Franquesa (España); Zoyla Lapique (Cuba); Margarita Zapata (México); Miguel Urbano (Portugal); Javier Corcuera (Perú); Alicia Hermida (España); Jaime Losada (España); Alejandro Torres (Puerto Rico); Juan Antonio Hormigón (España); Lidia Fagale (Argentina); Brian Becker (EEUU); Héctor Sosa (Argentina); Ana María Larrea (Ecuador); Ana Villareal (Argentina); Beatriz Chisleanschi (Argentina); Carlos A. Lozano Guillén (Colombia); Judith Rabinovich (Argentina); Sergio Arria (Venezuela); Elinor Cesín (Venezuela).

    Like

  2. Bolivia Action Solidarity Network (BASN)
    The U.S. Ambassador who left Yugoslavia in a thousand pieces is now in
    Bolivia
    Thu, 05/15/2008 – 20:14 — tupaj
    By: Wilson Garcia Merida
    http://www.llactacracia.org

    Translation: Roberto Verdecchia
    January 19, 2007

    He presented his credentials to President Evo Morales on October 13, but
    three months before his arrival in Bolivia, while still in Pristina
    serving
    as head of the U.S. mission in Kosovo, it was already being said that
    Philip
    Goldberg, the new American ambassador appointed by George Bush to this
    Andean country, would come to take part in the separatist process that had
    begun to form against the Bolivian Government.
    On July 13, 2006, Leopoldo Vegas, a journalist with El Deber of Santa
    Cruz,
    published an article stating that “according to three political scientists
    consulted after the White House appointment, the experience acquired by
    Goldberg in Eastern Europe, where ethnic struggles occurred after the
    separation of the former Yugoslavia, can be used in Bolivia, given the
    changes the current government intends to introduce.”

    One of those interviewed by Vegas was Róger Tuero, an academic and former
    director of Political Science at the ‘Gabriel Rene Moreno Autonomous
    University’ (UAGRM) in Santa Cruz, who stated that the experience of every
    ambassador is crucial to American diplomacy.

    “It is not by chance that this man was transferred from Kosovo to
    Bolivia,”
    said Tuero.

    Ambassador Goldberg is now a major political and logistical pillar of the
    Prefect of Cochabamba Manfred Reyes Villa, who set up the worst ethnic,
    social, regional and institutional crisis ever to take place in the
    history
    of Bolivia.

    Who is Philip Goldberg?
    According to the resume officially circulated by the U.S. Embassy in La
    Paz,
    Philip Goldberg participated from the beginning of the Yugoslavian civil
    war
    that erupted in the nineties, to the fall and prosecution of Serbian
    President Slobodan Milosevic.

    From 1994 to 1996, he served as a “desk officer” of the State Department
    in
    Bosnia, where the conflict between Albanian separatists and Serbian and
    Yugoslavian security forces arose.

    In that same period, he served as Special Assistant to Ambassador Richard
    Holbrooke, the architect of the disintegration of Yugoslavia and the fall
    of
    Milosevic.

    “In that position,” the Embassy stated, “Goldberg was a member of the U.S.
    negotiating team in the preparation of the Dayton Peace Conference, and
    head
    of the U.S. Delegation in Dayton.”

    Ambassador Goldberg was also a political and economic officer in Pretoria,
    South Africa, and a consular and political officer in the U.S. Embassy in
    Bogota, Colombia, where he first became interested in Latin American
    politics.

    After serving as Deputy Chief of the U.S. Embassy in Santiago de Chile
    from
    2001 to 2004, Goldberg returned to the Balkans to head the U.S. mission in
    Pristina, capital of Kosovo, from where he supported the prosecution of
    former dictator Milosevic at the Hague Tribunal.

    From Kosovo to Bolivia
    Before his transfer to Bolivia, Goldberg worked in Kosovo for the
    separation
    of Serbia and Montenegro, which occurred last June as the final act of the
    disappearance of Yugoslavia.

    The disintegration of Yugoslavia took place during a decade of bloody
    civil
    war led by processes of “decentralization” and “autonomy”. These were
    finally imposed with American military intervention and the presence of
    troops from NATO and the UN who occupied the Balkans to pacify the region.

    The Yugoslavian civil war was characterized by “ethnic cleansing”,
    consisting of the expulsion and annihilation of traditional ethnic groups
    who formed the territories of Yugoslavia. The most cruel racial
    extermination took place between Serbs and Croats.

    Just three months after the arrival of Ambassador Goldberg, Bolivia, like
    the Balkans, began to undergo an exacerbated process of racism and
    separatism, directed from the eastern city of Santa Cruz. Santa Cruz is
    governed by an elite composed of, among others, businessmen of Croatian
    origin who created a federalist movement called “Camba Nation.”

    One of the main Cruceño leaders of the separatist movement is Branco
    Marinkovic, an agri-businessman and partner of Chilean capitalists, who in
    February 2007 will become the head of the Civic Committee of Santa Cruz,
    the
    organization driving the process against the government of Evo Morales.

    Separatist Autonomy
    Beside Santa Cruz, Marinkovic’s “Camba Nation” encompasses the departments
    of Beni, Pando and Tarija (home to the biggest natural gas deposits in
    Bolivia), whose populations voted for departmental autonomy in a
    referendum
    held in July 2006. Together, they form the so-called “Crescent” region of
    the eastern half of the country.

    The western departments of La Paz, Chuquisaca, Potosi, Oruro and
    Cochabamba
    voted No to this autonomy, maintaining their direct link with the central
    government of Evo Morales and distancing themselves from the four
    departments of the autonomy-seeking “Crescent”.

    This movement of separatist “autonomy” intensified through an impromptu
    decision by the government of former president Carlos Mesa in 2004, when
    “Camba Nation” pressured for the direct election of Prefects (departmental
    governors) through town meetings and strikes. Previously, prefects were
    appointed directly by the President to maintain the unity of the Executive
    Branch. Now, new President Evo Morales is not able to exercise this power
    and is instead forced to govern almost separately from the four autonomic
    Prefects.

    In Cochabamba – a Department located directly between the eastern and
    western regions of the country – prefect Manfred Reyes Villa, abusing his
    elected status, tried to ignore the results of the July 2 referendum and
    force a new one that would unite Cochabamba with the ‘Crescent’, breaking
    the fragile balance between those for “autonomy” and those against. An
    alternative to separatism was in fact beginning to take shape in
    Cochabamba – an ‘integrative megaregional’ approach that contrasted with
    the
    model of Departmental autonomies.

    The Attack in Cochabamba
    Despite having already been decided by the ballot-box, Reyes Villa tried
    to
    force through this new autonomy referendum, mobilizing the most
    conservative
    urban sectors of Cochabamba society.

    The popular movement and particularly the agricultural and indigenous
    organizations of the 16 provinces of this Department who had been
    demanding
    peasant co-management in the prefectural administration instead of the
    exclusive and corrupt way that Reyes Villa had ruled from the city of
    Cochabamba (the Department capital), arrived in the city to demand changes
    to the Prefect’s policy.

    Ignoring the just demand of the provinces, Reyes Villa promoted the
    organization of fascist youth groups, aided by the Cruceñista Youth Union
    which operates in Santa Cruz, in order to “expel the native indians from
    the
    city.” This is how the fateful day of January 11 erupted, when a violent
    raid took place that ended with two people dead and 120 seriously wounded,
    most of them peasants. On this day, when thousands of “Sons of the
    Fatherland” armed with truncheons, baseball bats, golf clubs, iron pipes
    and
    even firearms made their attack, Reyes Villa left the city and went to La
    Paz to meet with the four autonomic Prefects and representatives of the
    American Embassy.

    After those tragic events, the September 14 Plaza (the seat of the
    Prefecture and Departmental symbol of power) was occupied by more than
    50,000 indigenous people from the 16 provinces demanding the resignation
    of
    Reyes Villa.

    Although the government opened all possible opportunities for dialogue,
    Reyes Villa systematically refused to meet with provincial
    representatives,
    and instead “exiled himself” in Santa Cruz, from where he now seeks to
    turn
    the problem into an explosive national conflict, threatening the stability
    and democracy of this country governed by an Indian President.

    The CIA and Reyes Villa
    The influence of the CIA and of Ambassador Goldberg in the political
    conduct
    of Reyes Villa (a former Army captain linked to the dictatorship of Banzer
    and Garcia Meza) is unequivocal.

    The separatist Prefect has systematically prevented the peaceful
    settlement
    of the conflict and his people have developed a malicious disinformation
    campaign that seeks to create the conditions for a confrontation at the
    national level.

    The American Embassy is deploying a plan of collective indoctrination
    against the indigenous uprising, promoting a racial and separatist hatred
    that was clearly demonstrated on January 11. They are also working in
    conjunction with business organizations like the Chamber of Industry and
    Commerce (Cainco) of Santa Cruz, who openly supports Reyes Villa and his
    “advisers”.

    But American interference in this conflict occurs not only within the far
    Right, but also through infiltration into the MAS government itself.

    Last weekend, La Razon newspaper in La Paz published a photograph that
    revealed that food belonging to the state Civil Defense agency, normally
    used for victims of natural disasters, was being diverted to the peasant
    masses concentrated in the September 14 Plaza.

    It was proven later that Juan Carlos Chavez, a former agent of NASDEA (the
    logistical and financial body of the U.S. Drug Enforcement Agency) and an
    adviser to the Ministry of Justice, had interfered in the Civil Defense
    agency without having any jurisdiction in that area, in order to carry out
    this diversion of State resources. Curiously enough, the photograph taken
    of
    this illegal act was published by a paper in La Paz, more than 650
    kilometers away from Cochabamba.

    Chavez was removed immediately, but how a former DEA agent exercised such
    a
    high influence within the Ministry of Justice must still be clarified.

    The media smear campaign against the indigenous mobilization of Cochabamba
    is part of a psychological war typical of the CIA, and is a mainstay in
    the
    separatist strategy directed from Santa Cruz by Manfred Reyes Villa, who
    is
    still the Cochabamba Prefect.

    The balkanization of Bolivia appears to be starting.

    llactacracia@yahoo.com

    Like

  3. Evo en danger au référendum révocatoire du 10 août ?
    Mes impressions de Bolivie
    MICHEL COLLON

    La Bolivie a bien changé. A La Paz, j’assiste à une grande réception donnée par l’ambassadeur de Cuba. Mojitos, buffet, danses, grosse ambiance. Où sommes-nous ? Dans la salle des fêtes de… l’armée bolivienne. Oui, celle qui a tué le Che.
    La Bolivie a bien changé, mais tout le monde ne lui veut pas que du bien. Nous sommes venus nous en rendre compte sur place avec quelques intellectuels progressistes d’une quinzaine de pays : Frei Betto, Ernesto Cardenal, Ramsey Clark, François Houtart, Luis Britto Garcia, Pascual Serrano… Quelques journées de rencontres et d’échanges avec des intellectuels boliviens, des représentants des communautés indiennes, des artistes…
    Le moment est tendu. La droite essaie de provoquer une scission des riches régions de l’Est. Pour déjouer la manoeuvre, le président Evo Morales, à mi-mandat, appelle à un référendum révocatoire, ce 10 août. Une sorte de vote de confiance. Il remet son mandat en jeu, mais aussi celui des préfets de départements appartenant à l’opposition. La droite tente de saboter le référendum et on craint des incidents…
    Nous allons voir qui est derrière ces incidents, quel rôle jouent ici les Etats-Unis, et la CIA, et un ambassadeur vraiment curieux, et aussi l’Europe…

    Un Bolivien sur quatre doit émigrer
    Impressions fortes. Physiquement, d’abord. La Paz est à 3.600 mètres d’altitude. Son aéroport à 4.000 mètres. Arrivés dans la nuit, à court d’oxygène, nous sommes au bord de l’évanouissement. Très prévenants, les jeunes qui nous accueillent, nous font asseoir au calme, s’occupent de nos bagages et nous laissent récupérer notre souffle.
    Le premier jour sera consacré au repos, à l’acclimatation. Avec Luis, un ami vénézuélien, nous faisons un petit tour, à petits pas et de banc en banc, dans une des plus belles capitales du monde. Imaginez une immense cuvette, bordée par les grandioses montagnes Huayna Potosí (6.094 m) et Nevado Illimani (6.460 m), non loin du lac Titicaca, le plus haut lac navigable du monde. Ici, l’eau bout à 80°. Et toutes les rues sont en pente.
    Ce qui frappe à La Paz, en hiver en tout cas, c’est la douceur du climat, ensoleillé et frais. Et la douceur des gens. Partout, on vous accueille avec gentillesse, avec une sorte de sérénité tranquille. Les Indiennes portent de lourds vêtements avec de superbes châles bariolés. Et de curieux petits chapeaux ‘boule’, noirs, bruns ou gris. Parfois, elles portent aussi des charges impressionnantes. Les Indiens représentent deux tiers de la population.

    L’importance des communautés indiennes
    « Un Indien président ? L’oligarchie blanche, raciste, ne l’accepte toujours pas. », nous confie Evo. En fait, j’ai commencé à comprendre toute la richesse de cet héritage indien en visitant avec des amis boliviens Tiwanaku, la capitale d’un ancien empire Inca…
    Nous sommes sur le très haut plateau de l’Altiplano, bordé de montagnes. Ici, les Indiens vivent, dans des conditions difficiles, d’agriculture et d’élevage. Pas un nuage dans le ciel, un air incroyablement pur, on sent encore le froid de la nuit.
    Tiwanaku fut une ville immense, les fouilles commencent à peine. Une centaine d’Indiens de la région sont occupés à restaurer le temple, une énorme pyramide en terrasses. C’était une civilisation très avancée qui construisait ses bâtiments en s’appuyant sur une connaissance poussée de l’astronomie. Elle avait créé une industrie métallurgique et textile. Elle cultivait plus de deux cents sortes différentes de maïs et quatre cents sortes de patates. Dont une espèce qui pouvait se congeler et rester comestible dix ans. Le système d’irrigation était très perfectionné avec une inclinaison très précise pour que les pierres réchauffent l’eau et l’empêchent de geler. Système si perfectionné qu’aujourd’hui, le ministère de l’Agriculture va le réutiliser pour développer l’agriculture en terrasses. L’eau est rare ici, un trésor.
    Un vieil Indien opère avec notre petit groupe une cérémonie rituelle, une sorte de sacrifice de petits objets symboliques, pour célébrer l’union avec le Cosmos et rassembler les souhaits que nous formons. Emotion.
    Il ne s’agit pas ici de glorifier le passé pour le passé, mais d’en préserver la mémoire et les valeurs pour les intégrer à la nouvelle société. Un journaliste bolivien nous explique l’importance que prend ici la communauté : « C’est un élément fort de la Bolivie. Tenez, selon les statistiques internationales, le paysan bolivien a un revenu moyen de cinquante dollars par an. Autant dire qu’il est mort ! Sauf si on comprend que l’économie communautaire est la base de notre vie ici. »
    Bref, un héritage précieux qu’on ne peut pas perdre.

    Le sort des Boliviens quand ils émigrent…
    Impressions fortes aussi sur les réalités sociales de ce pays. A La Paz, les classes hautes vivent dans le bas de la ville, à 3.000 mètres, où on respire plus facilement. Les basses classes, par contre, à El Alto (pas besoin de traduire) : 4.000 mètres. Petits commerces, petits artisanats, un peu d’élevage dans les hauts plateaux… La vie est dure.
    Deuxième pays le plus pauvre d’Amérique latine, la Bolivie a vu émigrer un sur quatre de ses enfants. Pourquoi ? Pendant des siècles, cette terre a été colonisée par l’Espagne. Et tous les bénéfices de ses richesses minières, extraites au prix d’un travail meurtrier dans un quasi-esclavage, ont été emportés en Europe. Pendant des décennies, son gaz et son pétrole ont profité à une poignée de riches, mais surtout à quelques multinationales, européennes notamment. Le Nord a bien saigné le Sud. Ne laissant sur place que la misère.
    Et les conflits. Evo Morales, président depuis deux ans et demi, n’est pas tombé du ciel, il est le fruit de longues années de résistances ouvrières et paysannes. Les communautés indiennes ont toujours été exploitées, exclues, méprisées par une élite blanche et raciste, liée aux Etats-Unis et à l’Europe.
    Voilà d’où viennent la pauvreté et le sous-développement. Mais quand les Boliviens, pour survivre, vont faire les ménages en Europe, celle-ci les traite comme des criminels et les emprisonne. Même des enfants ! Evo Morales a courageusement dénoncé la récente ‘Directive de la Honte’ qui permettra à tous les pays européens d’emprisonner jusqu’à dix-huit mois les délinquants, pardon : les immigrés.
    Justement, avant de partir, je venais de rencontrer à Bruxelles des travailleurs immigrés, notamment latinos. En lutte depuis des mois pour obtenir des papiers, c’est-à-dire leurs droits, leur dignité. Face à des ministres complètement sourds, ils ont été obligés de mettre leurs vies en danger : grève de la faim, escalade de grues… Appréciant beaucoup la lettre d’Evo à l’U.E. ils m’ont chargé de remettre un petit message de gratitude au président bolivien. Je le lui ai remis. Sourire sur sa figure.
    En fait, quand on voit ici la pauvreté, les salaires dérisoires, le manque d’industrie, on comprend pourquoi tant de Boliviens doivent émigrer. Mais, en allant plus loin, on comprend aussi que l’Europe est une sale hypocrite qui porte une lourde responsabilité dans cette émigration. Nous allons y revenir…

    Qu’a réalisé Evo ?
    Mais voyons d’abord ce qu’a réalisé Evo en deux ans et demi… Il a nationalisé le pétrole et le gaz. Vous voulez savoir pourquoi, dans nos médias, on dit du bien du président colombien Uribe et du mal d’Evo Morales ? Très simple. Le premier a fait passer les taxes sur les multinationales de 14% à… 0,4%. Pour faciliter l’installation de ces multinationales, ses paramilitaires ont chassé de leurs terres quatre millions de paysans. Le second a osé rendre à la nation bolivienne les richesses qui lui appartenaient afin de combattre la pauvreté.
    En nationalisant les hydrocarbures, Evo a multiplié par cinq les revenus de l’Etat et s’est donné les moyens de soulager les maux les plus urgents : analphabétisme en baisse de 80%, retour à l’école d’une partie des enfants travaillant dans la rue, création d’écoles dans les langues indiennes aymara et quechua (vingt mille diplômés), soins de santé gratuits déjà pour la moitié des Boliviens, pension Dignidad pour les plus de 60 ans, crédit à zéro pour-cent pour des produits comme le maïs, le blé, le soja et le riz. Grâce à l’aide du Venezuela, six mille ordinateurs ont été offerts, surtout à des écoles. Grâce à l’aide de Cuba, deux cent soixante mille personnes ont été opérées des yeux. Ailleurs en Amérique latine, elles seraient condamnées à être aveugles, car pauvres.
    En outre, les investissements publics ont fortement augmenté pour développer l’économie. La Bolivie a comblé son déficit fiscal, remboursé la moitié de sa dette extérieure (de 5 à 2,2 milliards de dollars), reconstitué une petite réserve financière, multiplié par quatre l’emploi dans les mines et la métallurgie, doublé la production et les revenus de ces industries. Le PIB industriel est passé de 4,1 à 7,1 milliards de dollars en trois ans. Mille tracteurs ont été distribués à des paysans. De nouvelles routes ont été construites.
    Bref, la Bolivie avance. Pas assez vite, disent certains pour qui Evo n’y va pas assez fort contre la droite et les grands propriétaires. C’est un débat à mener entre ceux qui vivent sur place et peuvent apprécier la situation, ses possibilités, ses dangers. En sachant qu’il ne suffit pas de dire « Y a qu’à » pour sortir un pays de la pauvreté et de la dépendance. En sachant qu’il faut tenir compte du rapport de forces avec la droite qui s’agite beaucoup et sabote. En tenant compte de l’armée (Tous ses chefs seront-ils loyaux jusqu’au bout ?).
    Autre facteur négatif : « La Justice demeure totalement corrompue », m’a confié… le plus haut magistrat de La Paz. « C’est une vieille caste qui se protège et protège les intérêts des riches. C’est un véritable business. Pourtant, nous avons menacé de révocation immédiate tout juge qui sera pris en flagrant délit. Mais c’est un combat difficile. »
    Et justement, quand je me trouvais là, la Justice venait fameusement en aide à la droite en essayant d’empêcher par une bataille juridique la tenue du référendum. Mais il y a danger bien plus grand que la Justice…

    Derrière la droite, les Etats-Unis préparent une guerre civile
    C’est le nouveau truc des Etats-Unis. S’avérant incapable de gagner une guerre d’occupation, Washington recourt à la guerre indirecte, la guerre par intermédiaires. Actuellement, la stratégie de Washington est d’essayer de provoquer une guerre civile en Bolivie. Pour cela, les provinces contrôlées par la droite et qui contiennent les grandes propriétés agricoles liées aux multinationales ainsi que la majorité des réserves de gaz et de pétrole, ces provinces multiplient les provocations pour préparer une sécession.
    Ayant personnellement étudié l’action secrète des grandes puissances pour faire éclater la Yougoslavie, j’ai tenu à attirer l’attention des Boliviens, lors de quelques interviews : aujourd’hui, Washington risque de transformer leur pays en une nouvelle Yougoslavie.
    Voici les ingrédients de son action : 1. Des investissements massifs de la CIA. 2. Un ambassadeur spécialisé dans la déstabilisation. 3. Des fascistes expérimentés. Avec ces ingrédients, vous pouvez préparer un coup d’Etat ou une guerre civile. Ou les deux.
    Premier ingrédient. Comme au Venezuela, la CIA investit beaucoup en Bolivie. A travers ses paravents habituels : USAID, National Endowment for Democracy, Institut Républicain International, etc. Les organisations de la droite séparatiste sont abondamment subventionnées. L’USAID a, par exemple, financé Juan Carlos Orenda, conseiller du Comité civique de Santa Cruz d’extrême droite et auteur d’un plan prévoyant la sécession de cette province.
    Mais aussi des organisations plus discrètes chargées de semer la confusion et de préparer une propagande anti-Evo. A l’université San Simon de Cochabamba, la Fondation du Millénaire a reçu 155.000 dollars pour critiquer la nationalisation du gaz et défendre le néolibéralisme. Treize jeunes dirigeants boliviens de droite ont été invités à des formations à Washington : 110.000 dollars. Dans les quartiers populaires d’El Alto, USAID lance des programmes pour « réduire les tensions dans les zones sujettes à conflits sociaux ». Lisez : discréditer la gauche.
    En tout, des millions de dollars ont été versés à toutes sortes d’organisations, des groupes étudiants, des journalistes, des politiciens, des magistrats, des intellectuels, des hommes d’affaires. Le parti populaire espagnol, autour de José Maria Aznar, participe aux manoeuvres.
    Deuxième ingrédient. D’où vient Philip Goldberg, l’actuel ambassadeur des Etats-Unis en Bolivie ? De Yougoslavie. Où il a accumulé une riche expérience sur la manière de faire éclater un pays. De 94 à 96, il a travaillé en Bosnie pour l’ambassadeur Richard Holbrooke, un des stratèges de la désintégration. Puis, il a fomenté les troubles au Kosovo et la scission entre Serbie et Monténégro. Un expert, on vous dit.
    Et pas inactif. Comme le raconte le journaliste argentin Roberto Bardini : « Le 28 juin 2007, une citoyenne américaine de vingt ans, Donna Thi, de Miami, a été détenue à l’aéroport de La Paz pour avoir tenté d’introduire dans le pays cinq cents balles de calibre 45 qu’elle avait déclarées aux douanes comme du ‘fromage’. Au terminal, l’attendait la femme du colonel James Campbell, le chef de la mission militaire de l’ambassade US en Bolivie. L’ambassadeur US Philip Goldberg est intervenu immédiatement pour obtenir qu’on la relâche en disant qu’il ne s’agissait que d’une ‘innocente erreur’. Les munitions, a-t-il déclaré, ne devaient servir qu’au sport et au spectacle. En mars 2006, un autre citoyen US, Triston Jay Amero, alias Lestat Claudius, un Californien de 25 ans, porteur de quinze documents d’identité différents, a fait exploser trois cents kilos de dynamite dans deux hôtels de La Paz. »
    Pourquoi a-t-on exporté Goldberg des Balkans à la Bolivie ? Pour transformer, j’en suis sûr, ce pays en une nouvelle Yougoslavie. Le séparatisme est une méthode privilégiée par les Etats-Unis pour reprendre le contrôle de richesses naturelles ou de régions stratégiques lorsque des gouvernements se montrent trop indépendants, trop résistants aux multinationales.
    Troisième ingrédient. Des fascistes expérimentés. En Bolivie, Goldberg a ouvertement soutenu et collaboré avec des hommes d’affaires croates à la tête de la sécession. Particulièrement, Branko Marinkovic, membre de la Fédération des entrepreneurs libres de Santa Cruz (province sécessionniste). Très grand propriétaire de terres, Marinkovic tire aussi les ficelles de Transporte de Hidrocarbures Transredes (qui travaille pour Shell). Il gère les six mille kilomètres de pipelines de gaz et de pétrole qui mènent au Chili, au Brésil et en Argentine.
    Et quand ces gens sont-ils venus de Croatie ? Il faut rappeler que, durant la Seconde Guerre mondiale, Hitler a installé une Grande Croatie fasciste où ses collaborateurs, les Oustachis, ont mis sur pied des camps d’extermination (y compris un spécialement pour enfants !), perpétrant un génocide épouvantable contre les Serbes, les juifs et les tziganes. Après leur défaite, l’Eglise croate et le Vatican ont organisé, les Ratlines, filières d’évasion des criminels fascistes croates (et de Klaus Barbie). De la Croatie à l’Autriche, puis à Rome. Et de là vers l’Argentine, la Bolivie ou les Etats-Unis.
    Quand on sait que Franjo Tudjman et les dirigeants de la ‘nouvelle’ Croatie née en 1991 ont réhabilité les anciens criminels croates de la Seconde Guerre mondiale, on aimerait savoir si Monsieur Marinkovic renie tout ce passé ou bien si, tout simplement, il emploie les mêmes méthodes là où il se trouve à présent. Quant aux Etats-Unis, on sait qu’ils ont récupéré et recyclé quantité de criminels et d’espions nazis de la Seconde Guerre mondiale. Les réseaux, ça sert toujours.

    Ce qui se cache derrière le séparatisme
    Voilà, tous les ingrédients sont prêts pour faire exploser la Bolivie… Les dollars de la CIA, plus des experts dans la provocation de guerres civiles, plus des fascistes recyclés en businessmen. Une guerre civile qui servirait bien les intérêts des multinationales, mais que l’opinion internationale doit absolument empêcher. Les Boliviens ont le droit de décider eux-mêmes de leur sort. Sans la CIA.
    Car une sécession ne profiterait qu’à l’élite. L’écrivain brésilien Emir Sader vient d’écrire très justement : « Aujourd’hui, une des modalités qui renferme le racisme, c’est le séparatisme, les tentatives de délimiter les territoires de la race blanche, en s’appropriant et privatisant les richesses qui appartiennent à la nation et à son peuple. Nous connaissions déjà ces intentions sous la forme des quartiers riches qui cherchaient à se définir en tant que municipalités, afin que la part des impôts prélevée obligatoirement de leurs immenses richesses, reste dans leur escarcelle pour augmenter les bénéfices de leurs quartiers retranchés, derrière lesquels ils cherchaient à isoler et défendre avec une sécurité privée, évidemment, leurs styles de vie privilégiés ». (…) Le référendum séparatiste est une expression oligarchique, raciste et économique car ils veulent garder l’usufruit des richesses de Santa Cruz pour leur propre bénéfice et parce que les oligarques veulent, en plus, empêcher que le gouvernement d’Evo Morales poursuive son processus de réforme agraire et qu’il l’étende à tout le pays. »
    Cette autonomie-là, en effet, ça veut dire que les Blancs riches qui ont contrôlé la Bolivie depuis toujours, refusent d’être gouvernés par la majorité, non blanche, de l’Ouest. Quand on parle d’autonomie, Evo Morales répond : « Parlons d’autonomie, non pas pour l’oligarchie, mais pour les peuples avec qui nous luttons. Ces groupes séparatistes qui viennent de perdre leurs privilèges, ont été depuis longtemps dans le Palais, ils ont gouverné et ont permis que l’on pille notre pays, nos ressources naturelles, y compris les ressources de base, de même que la privatisation de nos entreprises, et maintenant ils envisagent de nouveau ce système qui démontre son véritable intérêt : le contrôle économique ».
    Mais il n’y a pas que les Etats-Unis qui s’acharnent sur la Bolivie…

    L’hypocrisie de l’Europe :
    qui donc l’a causée, « toute la misère du monde » ?
    Pourchassant les sans-papiers, l’Europe glisse dans un soupir de dame patronnesse : « Nous ne pouvons quand même pas accueillir toute la misère du monde ». Ah, bon ? Mais, en réalité, cette misère, c’est vous qui l’avez créée ! Vos Charles-Quint, vos Louis XIV, vos Elisabeth I et vos Léopold II ont allègrement massacré les ‘sauvages’ pour voler leurs richesses ! Le décollage économique du capitalisme européen s’est construit sur ce pillage. Et jusqu’à aujourd’hui, vos sociétés minières, agricoles et autres n’ont cessé de piller les matières premières sans les payer, n’ont cessé de dominer et déformer les économies locales et de bloquer leur développement ! N’est-ce pas vous qui avez une Dette à rembourser au Sud ?
    Serait-ce du passé ? Dans les médias, les responsables européens aiment à raconter qu’aujourd’hui, ils ne veulent que du bien à l’Amérique latine et au tiers monde…
    « Totalement faux », me confie avec indignation Pablo Solon qui représente la Bolivie dans les négociations commerciales entre l’Amérique latine et l’U.E : « La Bolivie l’a exprimé à l’U.E. Avant les négociations, nous avions dit que nous ne négocierions pas un traité style Libre Commerce. Et nous avions communiqué nos points de divergence sur les services, les investissements, la propriété intellectuelle et les biens publics. La Commission nous a promis qu’on discuterait ces points dans la négociation. Qu’à la différence des ‘autres’, on ne nous imposerait pas un format unique. Mais, lorsque nous nous sommes réunis avec Peter Mandelson, commissaire européen pour le Commerce, il nous a dit de façon catégorique et impérative : ‘Ceci est un Traité de Libre Commerce. Ou bien vous l’acceptez, ou bien vous êtes hors des négociations.’. J’ai répondu personnellement que nous n’allions pas nous exclure et que nous allions défendre nos points de vue jusqu’au bout. Car la Bolivie a beaucoup d’industries qu’elle doit défendre : acier, plastique, papier, qui ont besoin de mécanismes de protection tout comme ce fut les cas pour les industries naissantes européennes à l’époque. »
    Effectivement, l’Europe se montre hyper-dominatrice et arrogante. Elle prétend imposer à toute l’Amérique latine et aux Caraïbes l’arrêt des subventions qui aident à développer les produits locaux, la suppression des droits de douanes aux importations (mais elle refuse de faire de même chez elle !), la suppression de toutes limites pour les exportations européennes (refusant l’inverse), le transfert sans limites de la main d’oeuvre européenne qualifiée, la modification de toutes les lois protégeant les économies locales.
    Et en plus, elle veut imposer la privatisation de tous les services, biens et entreprises des Etats. Alors qu’en 2000 déjà, sur les cinq cents plus grandes entreprises d’Amérique latine et des Caraïbes, 46 % appartenaient déjà à des entreprises étrangères.
    Et en plus, l’U.E. prétend imposer des brevets sur le vivant (la Bolivie a une biodiversité très riche convoitée par les multinationales chimiques et pharmaceutiques). Mais le vivant, et l’eau aussi, ne sont-ils pas des biens essentiels à la survie, un patrimoine qui doit rester à ceux qui l’ont toujours protégé et utilisé à bon escient ?
    En définitive, l’U.E. veut imposer des traités tout à fait déséquilibrés qui tueront les entreprises boliviennes. Tout ce qu’elle cherche, c’est que les entreprises européennes puissent envahir librement les marchés. Donc ruiner ces pays. Donc provoquer de l’émigration. Un système absurde, non ?

    Qui ‘choisit’ l’immigration et pourquoi ?
    J’ai écrit que l’Europe chassait les émigrés latinos. Ce n’est pas exact. Elle ne les traite pas tous de la même façon.
    D’un côté, le patronat européen importe les meilleurs cerveaux du tiers-monde, et aussi des techniciens très qualifiés. Sous – payés pour grossir les bénéfices des sociétés. C’est ce que Sarkozy et d’autres appellent ‘immigration choisie’. Le maître sélectionne ceux qui auront la chance de travailler pour lui. Mais ce vol des cerveaux prive le tiers-monde des gens qu’il a formés (à grand coût) et qui seraient nécessaires à son développement. Une nouvelle forme de pillage.
    De l’autre côté, l’Europe accueille aussi une partie des non qualifiés. En les laissant sans papiers, donc sans droits, elle les oblige à vivre dans la peur, à accepter des salaires et des conditions de travail qui constituent un recul social. Bon moyen de diviser et de faire pression sur les autres travailleurs. Voilà comment se fabrique la ‘compétitivité’ de cette vertueuse Europe. La façon de traiter les sans-papiers n’est pas une bavure, elle est un rouage essentiel d’un système économique égoïste.
    Résumons. L’Europe a volé l’Amérique latine. L’Europe continue à voler l’Amérique latine. Elle l’empêche de nourrir ses enfants. Mais quand ceux-ci sont forcés d’émigrer, elle les emprisonne. Ensuite, elle donne des leçons de démocratie et de moralité au monde entier.

    Le temps est venu
    Je n’ai pu rester longtemps en Bolivie, mais ce peuple m’a profondément impressionné. Je me rappelle ces milliers de manifestants qui descendaient, ce dimanche-là, vers le centre de La Paz, dans leurs minibus, leurs autos ou leurs taxis bondés, Indiens et Blancs, du plus clair au plus foncé..
    Avec un calme étonnant, bien moins de bruit que dans n’importe quelle manif du monde. Avec une détermination simple et noble. Et dans leurs yeux, une évidence : le temps est venu de mettre fin à des siècles d’humiliations, le temps est venu de la dignité pour tous, le temps est venu de faire disparaître la misère.
    Et je repensais à ces amis sans-papiers de Bruxelles, manifestant eux aussi pour leur avenir et pour leur dignité. Le problème est évidemment le même, à Bruxelles et à La Paz : à qui doivent servir les richesses d’un pays ? Et si ce problème ne se résout pas à La Paz, des millions de sans-papiers continueront à frapper aux portes de l’Europe.

    Et demain ?
    Comment cela évoluera-t-il ? Pour le 10 août, un institut de sondage pro-US annonce une victoire d’Evo par 60%. Comme la plupart de mes interlocuteurs à La Paz. Certains craignaient, par contre, l’influence du problème de l’inflation et du renchérissement de la vie. D’autres craignent que la droite lance des provocations violentes pour empêcher le référendum.
    Quoi qu’il en soit, le référendum ne résoudra rien, ni dans un sens, ni dans l’autre. Evo Morales sera toujours devant le même problème : le gouvernement est à gauche, mais ne contrôle pas l’économie du pays, ni les médias (aux mains des gros propriétaires et de la multinationale espagnole Prisa), ni les universités, ni l’Eglise qui est aux côtés des riches, comme d’habitude dans ce continent. On ne peut pas tout faire en deux ans et demi. Mais, pour avancer, Evo devra réussir à mobiliser plus avant les masses populaires. Sa seule force.
    De toute façon, après le référendum, la question restera la même : les richesses du pays doivent-elles servir à enrichir les riches et les multinationales ou bien à développer le pays et à vaincre la pauvreté ?
    Pour trancher cette question à leur avantage, les Etats-Unis sont prêts à tout. Et le mouvement progressiste international ? Comment réagira-t-il contre la désinformation et la préparation d’une guerre civile ?
    La réponse dépend de nous tous.

    Michel Collon
    La Paz – Bruxelles
    Août 2008

    Like

  4. Pingback: Anarchist Spanish civil war veteran in Bolivia | Dear Kitty. Some blog

  5. Pingback: Cuban doctors restore eyesight of Che Guevara’s murderer | Dear Kitty. Some blog

  6. Pingback: New river dolphin species in Bolivia | Dear Kitty. Some blog

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.