Fascist Le Pen, Big Business Macron in French election second round


This 14 April 2017 French video with English subtitles says about itself:

Jean-Luc Mélenchon delivers a speech at a campaign rally in Rennes.

Unfortunately, French leftist presidential candidate Mélenchon is not in the second round of the elections. If he would have had 3% more of the vote, then he would have eliminated extreme right candidate Marine Le Pen. Mélenchon is the only candidate calling Le Pen a ‘fascist’, instead of using an incorrect euphemism like ‘populist’. Mélenchon has said the members of his political movement will now decide what to do in the second round; unlike other party leaders who yesterday evening after first round results became known, decided for their followers what they should vote in the second round.

By Alex Lantier in France:

Macron and neo-fascist Le Pen advance to run-off in French presidential elections

24 April 2017

In a historic collapse of the two-party system that has ruled France since the May–June 1968 general strike, the candidates of the Socialist Party (PS) and The Republicans (LR) were eliminated in the first round of the French presidential elections. Ex-PS Economy Minister Emmanuel Macron will face Marine Le Pen of the neo-fascist National Front (FN) in the May 7 run-off.

According to official Interior Ministry figures, Macron obtained 23.55 percent of the vote to Le Pen’s 22.32 percent. LR candidate François Fillon obtained 19.88 percent, and Jean-Luc Mélenchon of the Unsubmissive France movement … obtained 19.01 percent of the vote.

PS candidate Benoît Hamon received only 6.12 percent of the vote. This is a historic collapse of a leading European social-democratic party comparable only to the disintegration of Greece’s Pasok party, after it imposed economically suicidal European Union (EU) austerity measures in the wake of the 2008 Wall Street crash. The PS government’s deep austerity measures, its imposition of a state of emergency suspending basic democratic rights and its overtures to the FN under President François Hollande have discredited the party.

Fillon and Hamon both endorsed Macron, calling on voters to choose him in order to prevent Le Pen from winning the presidency. Hamon called his defeat a “deep wound,” a “moral defeat,” and “historic punishment” imposed by voters on the PS, for the second time in 15 years. In 2002, PS candidate Lionel Jospin was eliminated by right-wing candidate Jacques Chirac and the FN’s Jean-Marie Le Pen, Marine’s father.

Fillon called for party unity in LR, declaring, “This defeat is mine. It is up to me and to me alone to bear responsibility for it.” Warning of “chaos,” “bankruptcy, and “an exit from the euro currency” if the FN were to come to power, he said, “I will vote in favor of Emmanuel Macron.”

Whether it is Macron or Le Pen who wins the second round, the election will resolve nothing and only set the stage for explosive social conflict. The electorate faces the choice between a neo-fascist and Macron, a former Rothschild banker who formulated Hollande’s bitterly unpopular economic policy and has called for a return to the draft in order to prepare an “era” of major wars. Macron offers no alternative to Le Pen for working people, having endorsed the PS’s state of emergency, which suspends basic democratic rights, as well as deep austerity and war planning.

Macron’s attempt last night to rally popular support against Le Pen in the second round was shot through with contradictions. While presenting himself as a young independent who is obliterating the distinction between right- and left-wing politics and totally renewing France, he is a former PS economy minister running with the support of virtually the entire political establishment. Were he to win the presidency and implement his reactionary program, workers would soon realize that he aims to continue and deepen Hollande’s reactionary policies. …

Macron’s On the March movement consists of a small layer of young entrepreneurs and political operatives whose influence is dependent on the support of top PS government officials, starting with Hollande and Defense Minister Jean-Yves Le Drian.

Given the deep unpopularity of France’s major parties, moreover, Macron’s strategy only hands Le Pen an opening to put herself forward as the sole candidate challenging France’s despised political establishment. This is indeed how she reacted last night.

Le Pen spoke from her campaign headquarters in Hénin-Beaumont, a town in the socially devastated coalfields of northern France that elected FN mayor Steeve Briois after its PS mayor Gérard Dallongeville stepped down amid a corruption scandal. Having run on a nationalist opposition to the European Union (EU) and violent anti-immigrant policies, she pledged to make the election a choice between EU and PS austerity and her nationalist defense of France. …

Significantly, TV commentators discussing the election results yesterday evening largely skipped over the significance of the fact that, for a second time in 15 years, the FN is again on the second round of the presidential elections. In 2002, this produced shock and mass protests of millions of people horrified by the possibility that the FN could come to power. Today, however, the political and media establishment treat Le Pen’s presence on the second round as unfortunate but unsurprising.

This is the product above all of the unrestrained opportunism and reactionary policies of the PS.

Fillon, Macron, Le Pen: Today’s Robin Hoods … rob the poor to give to the rich: here.

From the Daily Telegraph in Britain:

Several hundred young people rallied in the Bastille square—the historic site where the 1789 French Revolution began—after projections suggested Le Pen would contest the second round against Emmanuel Macron, a centrist and former banker.

Protesters waved red flags and sung “No Marine and No Macron!”

Hollande invites Le Pen, Macron to funeral of slain Champs-Élysées officer. By Alex Lantier, 26 April 2017. After Macron and Le Pen advanced to the second round, the French president’s gesture was intended to delegitimize opposition to Le Pen’s neo-fascist National Front: here.

What lies behind the German elite’s celebration of Macron? Here.

11 thoughts on “Fascist Le Pen, Big Business Macron in French election second round

  1. France, bilan du 1er tour: place à la bataille des idées !

    MICHEL COLLON & ALEX ANFRUNS

    Un tremblement de terre politique. Après les Etats-Unis, la France, et puis ? Fin du bipartisme, émergence de nouvelles forces politiques, recomposition ? Une chose est certaine : le verrou PS a sauté. On ne peut pas impunément annoncer que son ennemi est la finance et puis servir docilement cette même finance. Trop, c’est trop ! Et maintenant, comment continuer ? Comment éviter que « tout change pour que rien ne change » ?

    Le PS a bien vendu son Plan B

    La déconfiture de Hamon (6% !) n’a rien d’imprévu. C’est la chronique d’une mort annoncée, qui avait déjà eu lieu, en Grèce, puis en Espagne. Trois signes montraient que le PS préparait son Plan B : d’abord, l’annonce tardive et inédite du retrait de François Hollande en raison de son impopularité, puis la division irréconciliable des deux courants majoritaires dans les Primaires socialistes et enfin le soutien à Macron de l’aile droite du PS.

    Il serait naïf de croire qu’une force au pouvoir comme le PS aurait laissé si facilement la voie libre au FN et aux Républicains (ex-UMP) en recherche d’une stratégie de marketing capable de faire oublier les casseroles de Sarkozy.

    Face à cette chute imminente du PS, après avoir trahi son propre électorat et ses valeurs, le mouvement En Marche, lancé par Emmanuel Macron début 2016 était la solution idéale pour amortir le coup.

    Le Sud montre le chemin

    Une des leçons pour les forces progressistes européennes : abandonner tout complexe de supériorité, toute prétention à être un modèle universel. Elles ont tant à apprendre des expériences des peuples du Sud pour résister au FMI dans les années 1990 et 2000. Ces peuples se sont mis en mouvement (oserait-on dire « en marche » ?) avec une soif de justice et une urgence de vie ou mort. Parce que l’oppression du système capitaliste y est très marquée, sacrifiant l’avenir de millions d’êtres humains, détruisant l’environnement sans lequel nous ne pourrions survivre.

    Un rappel. C’est en Espagne que, pour la première fois depuis très longtemps, la possibilité d’une alternative progressiste à l’échelle européenne s’est affirmée avec le phénomène Podemos (lancé début 2014). Podemos n’était pas, comme on l’a dit, la traduction politique du mouvement des Indignés. En fait, l’occupation des places publiques avait apporté un message de rupture : « No nos representan » (Ils ne nous représentent pas). Ce rejet de la caste politique faisait écho au « Que se vayan todos » (Qu’ils s’en aillent tous !) des Argentins dans la crise de 2000-2001. Un rejet très présent aussi dans les révoltes arabes, à Tunis, au Caire, mais aussi au Bahreïn et au Yémen : « Dégage ! ».

    Limites du « dégagisme »

    Mais les années 2011-2013 ont démontré que les forces sociales de la rue avaient aussi besoin d’une expression politique concrète face à la profonde crise des institutions et des valeurs. En Espagne, on a commencé par remettre en cause le récit officiel de la transition démocratique après quarante années de dictature franquiste. Une force citoyenne nouvelle, le « Frente Civico », a commencé à critiquer ouvertement le « régime de 78 ». Créant ainsi les conditions pour un débat sans tabous qui a politisé de larges couches de la société, trop longtemps abandonnées au défaitisme.

    A présent, l’arrogance des dominants devenait flagrante. Le peuple allait pouvoir exprimer son ras-le-bol. Soit en adhérant à une fausse contestation du système, soit en faisant avancer les visions progressistes. La situation devenait propice au large débat des idées. Les positions sectaires apparaissaient contraires au bon sens et à l’intérêt humain général.

    Audace des Révolutions citoyennes

    En Espagne, Podemos a donc été à la fois l’expression politique de luttes sectorielles pour défendre le droit à la santé, à l’éducation ou le logement et à la fois la mise en branle de larges couches de la société en recherche d’une voie radicale. 

    La France a une histoire différente et une tradition républicaine. Il y a cependant des points communs. Comme en Espagne, la fin de législature PS avait été marquée par une large prise de conscience sur les limites et les trahisons par rapport à son programme. Cela a favorisé l’apparition d’un mouvement de contestation dans les grandes villes : « Nuit Debout », aux méthodes et revendications très proches des Indignés.

    Mais en France cette expression populaire s’est développée dans un contexte différent : d’abord, avec la force motrice du syndicalisme de combat de la CGT, le mouvement contre la loi El Khomri a relancé une forte conscience politique pour la défense des droits des travailleurs. Ensuite, contrairement à l’Espagne de 2011, la force dirigée par Jean-Luc Mélenchon a pu compter sur son expérience des élections précédentes. Elle a réussi à construire une campagne basée à la fois sur les réseaux sociaux et sur une éducation populaire sur le terrain.

    Mélenchon est passé à deux doigts de la victoire au premier tour en présentant un programme cohérent et radical, en élevant le niveau de conscience de ses électeurs et en développant leur maturité politique. Partager et chercher ensemble les voies d’émancipation n’est pas une politique « populiste » mais une forme de démocratie participative. Rien à voir avec une démocratie formelle où l’électeur a juste le droit de noircir une case de bulletin de vote après avoir subi un médiatique lavage de cerveau.

    Les médias, barrage du système

    Fallait-il encore le prouver ? Cette élection a démontré le rôle stratégique des médias dans notre société. En une année à peine, une presse aux mains des milliardaires a fabriqué de toutes pièces le candidat des milliardaires. L’homme providentiel, le sauveur de la France, la marionnette de Hollande mais surtout de la banque Rotschild et du CAC 40. L’homme qui annonce sans vergogne son vrai programme : « Mieux vaut être payé 3,5 euros de l’heure par Uber que dealer de la drogue ».

    La même presse a, au dernier moment, saboté Mélenchon avec une campagne massive et hystérique : « Mélenchon le délirant projet du Chavez français », « Maximilien Ilitch Mélenchon », « Castro, Chavez…Mélenchon, l’apôtre des dictateurs révolutionnaires sud-américains », « Hollande: Mélenchon est un dictateur, pas un démocrate. Voter Mélenchon, c’est voter Chavez », « Le coup de massue fiscal sans précédent de Mélenchon », « Le programme de Mélenchon : un bing bang social d’un autre temps », « Mélenchon ou la Paix du…Kremlin »… Toute alternative doit être diabolisée, il faut tuer l’espoir.

    Il n’y aura pas de Justice sociale sans véritable démocratie, mais il n’y aura pas de véritable démocratie tant que les citoyens ne seront pas correctement informés. Des sites comme Investig’Action, Le Grand Soir et d’autres se sont donné pour mission cette bataille de l’info : face aux médias de l’argent, les médias des gens. Nous nous battons pour apporter les infos cachées, pour détecter les causes des guerres et autres pillages, pour décoder les discours politiques fabriqués par des spécialistes du marketing. Ce ne sera possible qu’avec votre participation et votre soutien.

    L’heure est au débat d’idées

    Face au déni de démocratie que représente le monopole des médias, si on veut vraiment lutter contre les idées d’extrême droite, il est urgent de construire un vrai débat d’idées. Pour cela, il faut combattre le sectarisme. Trop souvent en France, on débat seulement avec ceux avec qui on est plus ou moins d’accord. Trop souvent, on diabolise, par exemple, des courants radicaux qui dénoncent les guerres. Mélenchon s’est courageusement opposé aux guerres de l’Otan. Mais combien encore, dans une gauche qui le soutient et se veut radicale, refusent de questionner les médiamensonges de l’Otan ? Combien approuvent ses guerres ou, à tout le moins, ne s’y opposent pas et refusent même d’en discuter ? Combien ont refusé de défendre Chavez en prétextant qu’il valait mieux ne pas trop affronter le courant médiatique ?

    Ce refus de solidarité avec les peuples agressés, cachés sous divers prétextes, ce refus fait le jeu des puissances qu’on prétend combattre. Comment peut-on à la fois réclamer plus d’argent pour le social et laisser filer tout cet argent dans des bombardiers, des missiles et des porte-avions ? Comment peut-on combattre ici les multinationales qui appauvrissent les travailleurs et laisser ces mêmes multinationales agresser là-bas des peuples qui leur résistent ?

    La lutte pour la paix et pour la solidarité internationale, ce n’est pas un supplément secondaire ou trop risqué dans la lutte pour défendre le peuple français. C’est la même guerre ici et là. Ce sont les mêmes multinationales qui dressent les travailleurs et les peuples les uns contre les autres à coups de médiamensonges pour fabriquer la peur. La peur est un instrument décisif pour diviser et affaiblir ceux qui sont exploités.

    Il ne faut pas craindre de lancer le débat sur les guerres, sur Israël, sur le terrorisme. Quand le peuple français découvrira combien il a été manipulé, comment on a utilisé ses impôts pour commettre des crimes contre l’humanité, cette colère s’ajoutera à celle qui existe et renforcera le combat du troisième tour social.

    Car ce faux choix entre un banquier et une raciste n’est pas la fin de l’Histoire, c’est seulement un épisode de plus pour égarer les révoltes. Le débat des idées, sans tabou, sans peur et sa ns sectarisme, est une arme décisive pour préparer la bataille qui vient.

    Like

  2. Today, the protesters shouted “Anti-fascism,” “Anti-capitalism,” as they walked towards the Place de la Bastille and many big French cities.

    At the Paul Valéry Lycée, high school students created a huge ‘Ni Le Pen, Ni Macron’ (Neither Le Pen, nor Macron) poster.

    “Neither banker [Macron], nor racist [Le Pen],” was spray-painted on a shop window near Place de la République.

    Environ 1000 élèves rassemblé-e-s sur la place de la république contre le FN !

    http://www.wsws.org/en/articles/2017/04/27/pers-a27.html

    Like

  3. Pingback: French students, workers protest against racism or Big Business election | Dear Kitty. Some blog

  4. Pingback: French voters sceptical on Macron, Le Pen | Dear Kitty. Some blog

  5. Pingback: ‘Don’t vote Le Pen; Macron, stop attacking workers’ | Dear Kitty. Some blog

  6. Pingback: May Day demonstrations reports | Dear Kitty. Some blog

  7. Pingback: French ‘center right’ torn between fascist Le Pen, Big Business Macron | Dear Kitty. Some blog

  8. Pingback: Macron’s Pyrrhic French election victory | Dear Kitty. Some blog

  9. Pingback: Macron’s ominous new French government | Dear Kitty. Some blog

  10. Pingback: French president Macron attacks workers | Dear Kitty. Some blog

  11. Pingback: Fighting neonazism on the Internet | Dear Kitty. Some blog

Leave a Reply to petrel41 Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.