Economic crisis update


The economic crisis update for today:

Wall Street crashes amid mounting signs of global recession: here.

World financial crisis leads to auto industry layoffs across Europe: here.

Iceland faces national bankruptcy: here.

Fiji: Military junta pushes pro-investor “Peoples Charter” reforms: here.

3 thoughts on “Economic crisis update

  1. Mega-Million Dollar CEO Payouts

    http://www.abcnews.go.com/Business/Economy/story?id=5876413

    Mega-Million Dollar CEO Payouts

    See How Much These Big-Name CEOs Took Home Each Year

    CEO

    Cash Salary

    Stock, Other Pay

    Total Pay

    Lehman Brothers

    2007

    Richard Fuld

    $5,000,000

    $66,770,000

    $71,770,000

    2006

    Richard Fuld

    $7,000,000

    $55,323,679

    $62,323,679

    2005

    Richard Fuld

    $14,500,000

    $89,500,000

    $104,000,000

    2004

    Richard Fuld*

    $11,000,000

    $24,300,000

    $35,300,000

    Morgan Stanley

    2007

    John Mack

    $800,000

    $16,431,500

    $17,231,500

    2006

    John Mack

    $800,000

    $6,321,000

    $7,121,000

    2005

    John Mack**

    $337,534

    $30,000,000

    $30,337,534

    Goldman Sachs

    2007

    Lloyd Blankfein

    $27,600,000

    $15,500,000

    $43,100,000

    2006

    Lloyd Blankfein***

    $27,800,000

    $15,700,000

    $43,500,000

    2006

    Henry Paulson****

    $129,087,000

    $34,900,000

    $163,987,000

    2005

    Henry Paulson

    $600,000

    $3,363,422

    $3,963,422

    2004

    Henry Paulson

    $600,000

    $11,660,000

    $12,260,000

    Bear Stearns

    2006

    James Cayne

    $17,300,000

    $14,800,000

    $32,100,000

    2005

    James Cayne

    $12,900,000

    $10,300,000

    $23,200,000

    2004

    James Cayne

    $10,200,000

    $9,500,000

    $19,700,000

    Merrill Lynch

    2007

    John Thain

    $15,800,000

    $0

    $15,800,000

    2007

    E. Stanley O’Neal

    $584,000

    $161,000,000

    $161,584,000

    2006

    E. Stanley O’Neal

    $19,200,000

    $45,116,327

    $64,316,327

    2005

    E. Stanley O’Neal

    $14,800,000

    $3,120,000

    $17,920,000

    2004

    E. Stanley O’Neal

    $700,000

    $16,766,448

    $17,466,448

    Washington Mutual

    2007

    Kerry K. Killinger

    $1,000,000

    $3,468,625

    $4,468,625

    2006

    Kerry K. Killinger

    $5,100,000

    $17,153,715

    $22,253,715

    2005

    Kerry K. Killinger

    $4,600,000

    $8,876,608

    $13,476,608

    2004

    Kerry K. Killinger

    $2,900,000

    $12,335,416

    $15,235,416

    AIG

    2007

    Martin J. Sullivan

    $10,200,000

    $5,647,439

    $15,847,439

    2006

    Martin J. Sullivan

    $16,900,000

    $5,838,656

    $22,738,656

    2005

    Martin J. Sullivan

    $7,750,000

    $159,000

    $7,909,000

    2004

    M.R. “Hank” Greenberg

    $1,400,000

    $12,002,880

    $13,402,880

    Fannie Mae

    2007

    Daniel Mudd

    $3,200,000

    $5,200,000

    $8,400,000

    2006

    Daniel Mudd

    $4,400,000

    $2,290,000

    $6,690,000

    Freddie Mac

    2007

    Richard Syron

    $5,590,000

    $0

    $5,590,000

    2006

    Richard Syron

    $5,150,000

    $0

    $5,150,000

    *Richard Fudd Net Worth $1.0 billion

    http://www.forbes.com/lists/2006/54/biz_06rich400_Richard-S-Fuld-Jr_A9P0.html

    **John Mack has just taken home $40 million.

    http://money.cnn.com/2006/12/15/news/newsmakers/compensation/

    *** Lloyd Blankfein Salary $600,000.00 Bonuses $28,985,474.00

    http://people.forbes.com/profile/lloyd-c-blankfein/37715

    **** Henry Paulson Worth 700 Million.

    http://www.wsws.org/articles/2008/sep2008/paul-s23.shtml

    I got tired on checking after this one…

    Like

  2. Bulletin électronique Mondialisation.ca

    URL de cet article: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=10488

    http://www.Mondialisation.ca

    USA : le budget militaire coûte plus cher que le plan de sauvetage

    par Manlio Dinucci

    Le 8 octobre 2008
    Il manifesto

    « Trois jours après son approbation, le plan de sauvetage de 700 milliards de dollars, qui aurait du calmer le système financier mondial, apparaît comme un caillou jeté dans une mer en pleine tempête ». Cette conclusion inconfortable, tirée du New York Times d’hier (6 octobre 2008, NDT) n’est pas étonnante. Pour comprendre quelles sont les dimensions et implications de la bulle spéculative qui a explosé dans le système financier mondial, il suffit de penser que dans les Bourses de New York et Paris, gérées par le groupe financier Nyse Euronext, opèrent 4 mille sociétés dont les actions ont gonflé (souvent à travers des mécanismes spéculatifs) jusqu’à une valeur totale de plus de 50 mille milliards de dollars, équivalent à la valeur de tous les biens et services produits annuellement sur tout le globe.

    Le « plan de sauvetage » lancé aux Etats-Unis avec un décaissement massif d’argent public démontre que, contrairement à ce que certains soutiennent, la mondialisation ne comporte pas la disparition des Etats, lesquels continuent à jouer un rôle important de soutien de leurs élites respectives économiques et financières et de leurs groupes multinationaux.

    Bien que détenant encore la plus grande économie du monde, les Etats-Unis sont en train de perdre du terrain par rapport à l’Union Européenne, au Japon et à la Chine. D’où la nécessité de soutenir leurs propres intérêts par la force militaire, pour maintenir leur suprématie.

    Ceci implique une dépense militaire croissante. Tandis que l’attention mondiale était concentrée sur le « plan de sauvetage », un fait est passé quasiment inaperçu : le Congrès des Etats-Unis a approuvé à une écrasante majorité bipartisane, pour l’année fiscale 2009 (qui commence le 1er octobre 2008), une dépense militaire de 612 milliards de dollars. Celle-ci comprend le budget du Pentagone, en augmentation de 74% depuis que l’administration Bush est entrée en fonction en 2001, et de 70 milliards de dollars pour les guerres en Irak et Afghanistan. Mais ça n’est pas tout. Le budget du Pentagone atteindra à coup sûr ou dépassera, au cours de l’année fiscale, le chiffre de 515 milliards de dollars requis par l’administration Bush, et les 70 milliards pour les guerres ne sont qu’un acompte. Il faut ajouter à cela 10 milliards pour les armes nucléaires (portés au budget du Département de l’énergie), et au moins 50 milliards pour le « programme national d’intelligence » (intelligence est le nom qu’on donne aux services secrets, cela n’implique pas forcément que les autres services en soient dépourvus, NDT) et d’autres autres postes qui portent le total de la dépense militaire annuelle des Etats-Unis bien au-delà du « plan de sauvetage ».

    Cette colossale dépense militaire, équivalente à la moitié environ de la dépense mondiale, est payée avec l’argent public. Elle contribue ainsi de façon non négligeable à accroître le déficit du budget fédéral, prévu à 407 milliards de dollars pour l’année fiscale 2009. Le déficit, à son tour, accroît la dette publique. Une autre nouvelle passée inaperçue du fait de l’attention portée au « plan de sauvetage », tout comme l’approbation du budget militaire, est le fait que la dette publique étasunienne a dépassé les 10 mille milliards de dollars, équivalents à plus de 70% du Pil. Depuis que l’administration Bush est entrée en fonction en 2001, cette dette a augmenté de plus de 70%.du Pib. Un véritable record.

    Qui paye tout ça ? Dans les médias on ne parle que des investisseurs qui sont en train de perdre de l’argent à la suite de la crise financière. On ne parle pas par contre des conséquences dans les couches les plus défavorisées de la population étasunienne, aggravées par les coupes croissantes dans les dépenses sociales. C’est ainsi qu’est aussi passée inaperçue, tout comme les dépenses militaires et le super-déficit, la nouvelle que les citoyens étasuniens obligés d’avoir donc recours aux food stamps (bons pour la fourniture de nourriture) ont augmenté en trois mois de 28 à 29 millions de personnes. Ils peuvent se consoler en pensant que les Usa dépensent chaque mois 16 milliards de dollars pour les guerres en Irak et en Afghanistan. Ce qui, souligne le Pentagone- permet de « capturer ou tuer les terroristes qui menacent les Etats-Unis, leur peuple et leurs intérêts dans le monde ».

    Edition de mercredi 8 octobre 2008 de il manifesto

    http://www.ilmanifesto.it/Qotidiano-archivio/08-Ottobre-2008/art42.html

    Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

    Like

  3. Pingback: WikiLeaks on Australia and Fijian junta | Dear Kitty. Some blog

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.