Century old Dutch socialist play about Senegalese fishermen now


This video says about itself:

Having emptied the European seas of fish, industrial fishing trawlers are now targeting Africa. But in places like Senegal, where the sea is the nation’s main resource, the EU’s fishing policies are devastating the country. Unable to compete with this ‘European Invasion’, Senegalese fishermen are being driven out of business. This expertly crafted film examines the scale of the problem.

The socialist Herman Heijermans (1864-1924) was the best known Dutch playwright of the twentieth century.

His Op Hoop van Zegen, from 1900, translated into English as The Good Hope, about ship owners of the Dutch west coast exploiting fishermen, with lethal consequences, is probably his best known play.

In the play, the rich man Bos owns the Op Hoop van Zegen, an old, badly maintained fishing ship, which Bos wants to sail, prefering profits to his workers’ lives. Later in the play, the Op Hoop van Zegen sinks to the bottom of the sea, taking the fishermen aboard with her.

According to Dutch daily NRC Handelsblad of 19 January 2008, paper edition, page 9, the play has now been translated into Wolof, the most spoken language in Senegal.

The play, called Dieuna Diaffé (Expensive fish) in Wolof, has been on stage near the beach in Senegal, before enthusiastic audiences including fishermen.

According to NRC Handelsblad (translated):

The idea [of translating Heijermans’ play, and adapting it to present day Senegal] originates from Maaike Cotterink (27), who wrote her M.A. thesis in development studies about the fishing industry in Senegal. She studied a frequent form of fishing, in which small fishermen are dependent on big industrial ships, property of foreign owners. …

The fishermen stay at sea for three months and work seven days a week, 16 hours a day, under circumstances which look surprisingly like those of Dutch fishermen in the early twentieth century.

Cotterink’s teacher insisted that she should get Op Hoop van Zegen at the library. Probably an outdated play, she thought. However, as she started to read, she got ‘goose pimples’. Especially from the dialogue between [fisherman] Geert and shipowner Bos; in which Geert represents the workers and shipowner Bos the capitalists. The dialogue looks at both sides: the fisherman who has to work very hard and the owner who wants to cut costs. As I read that, I thought: it would be great to show that in Senegal. … Cotterink asked [Senegalese] fishermen what they sing as they haul in their nets, and put those songs into the play.

In the spirit of Heijermans, who wanted to denounce abuses in society, the organizers hope that Dieuna Diaffé starts a debate. After the premiere, early this month in the coastal city of Saint-Louis, there was a discussion, including trade union and government representatives …

“Was that a Dutch play?”, spectator Moussa Diagne reacts surprisedly. “How strange. It really was about us”.

A video, showing a Dutch 21st century adaptation of Op Hoop van Zegen is here.

7 thoughts on “Century old Dutch socialist play about Senegalese fishermen now

  1. Sénégal: Théâtre -La pièce “Dieuna diaffé” à Saint-Louis – Une évocation de la dure condition des pêcheurs

    Le Soleil (Dakar)

    9 Janvier 2008
    Publié sur le web le 9 Janvier 2008

    Samba Oumar Fall

    La 6è édition du Fesnac à Saint Louis a été une occasion pour les différents artistes et comédiens de se mettre en valeur et de démontrer leurs talents.

    La pièce “Dieuna diaffé” figure parmi les pièces théâtrales promises au public de Gokhou Mbathie . La particularité de cette pièce est qu’elle a été initiée et mise en scène par des hollandaises et jouée par des comédiens sénégalais. Elle met à nu les difficultés qu’éprouvent les pêcheurs pour se procurer du poisson.

    “Dieuna diaffé” ou le poisson est cher. Tel est le titre de la pièce théâtrale initiée par la sociologue hollandaise Maaike Cotterink et mise en scène par sa compatriote Anna Rottier. Dans cette pièce uniquement jouée par des comédiens sénégalais, dont Marie Madeleine Diallo, la misère des pêcheurs et leurs difficultés à trouver du poisson, surtout au niveau de la pêche au ramassage, sont mises à nu.

    “La pêche au ramassage existe à Saint-Louis depuis 30 ans. Des bateaux amènent une quarantaine de pirogues et plus de 200 pêcheurs de d’autres zones d’Afrique comme le Gabon, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry.

    Ces bateaux restent trois mois en mer avant de revenir et les conditions de travail à bord sont très difficile”, indique Maaike. Cette pièce ouvre donc le débat sur les mauvaises conditions de travail des pêcheurs et essaie de promouvoir une amélioration de leurs conditions.”En Hollande, on a une pièce classique de théâtre qui s’appelle “La bonne espérance” et cette pièce parle du même problème alors qu’il existe depuis 100 ans”, a-t-elle précisé. C’est donc cette même pièce qui a été “sénégalisée”, avec un encadrement sénégalo-hollandais et mise en scène par Anna Rottier .

    Pour la sociologue, l’idée lui est venue au cours de ses recherches lors de ses études en 2004. “En écrivant ma thèse j’ai lu la pièce et comme la situation est la même qu’au Sénégal, je me suis dit qu’il serait très intéressant d’en faire une adaptation sénégalaise “, a-t-elle ajouté.

    C’est ainsi que des comédiens ont été triés sur le volet pour assurer les différents rôles. Pour Anna Rottier, écrivain et metteur en scène qui ne maîtrisait pas le Wolof, langue utilisée tout au long de cette pièce, le travail n’a pas été aisé. Même si elle reconnaît que les comédiens sénégalais ont beaucoup de talent, de rythme, d’émotion et comprennent très bien l’interprétation. “Les comédiens sont talentueux, mais ce n’est pas très développé. Il a fallu que je m’adapte à leur niveau pour leur permettre de se développer en travaillant et aussi que je leur apprenne certaines techniques et aussi à travailler la voix, le ventre et aussi les grands gestes”, a-t-elle souligné. Toujours est-il qu’au bout de 6 semaines de répétition, les leçons ont été bien maîtrisées et aujourd’hui, cette pièce, au-delà du festival, va être jouée dans l’ensemble du pays pour imprégner les populations sur les difficultés quotidiennes auxquelles sont confrontées les pêcheurs Saint-Louisiens.

    Like

  2. Pingback: African fishermen drive away multinational poachers | Dear Kitty. Some blog

  3. Pingback: Corporate fish poaching in Senegal | Dear Kitty. Some blog

  4. Pingback: Senegalese film on poverty and emigration | Dear Kitty. Some blog

  5. Pingback: Flint, USA poisoned water in Ibsen theatre play | Dear Kitty. Some blog

  6. Pingback: Painting, birds, sea and buildings in Katwijk | Dear Kitty. Some blog

  7. Pingback: Spanish government’s neo-colonialism | Dear Kitty. Some blog

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.