4 thoughts on “Century old Dutch socialist play about Senegalese fishermen now

  1. Sénégal: Théâtre -La pièce “Dieuna diaffé” à Saint-Louis – Une évocation de la dure condition des pêcheurs

    Le Soleil (Dakar)

    9 Janvier 2008
    Publié sur le web le 9 Janvier 2008

    Samba Oumar Fall

    La 6è édition du Fesnac à Saint Louis a été une occasion pour les différents artistes et comédiens de se mettre en valeur et de démontrer leurs talents.

    La pièce “Dieuna diaffé” figure parmi les pièces théâtrales promises au public de Gokhou Mbathie . La particularité de cette pièce est qu’elle a été initiée et mise en scène par des hollandaises et jouée par des comédiens sénégalais. Elle met à nu les difficultés qu’éprouvent les pêcheurs pour se procurer du poisson.

    “Dieuna diaffé” ou le poisson est cher. Tel est le titre de la pièce théâtrale initiée par la sociologue hollandaise Maaike Cotterink et mise en scène par sa compatriote Anna Rottier. Dans cette pièce uniquement jouée par des comédiens sénégalais, dont Marie Madeleine Diallo, la misère des pêcheurs et leurs difficultés à trouver du poisson, surtout au niveau de la pêche au ramassage, sont mises à nu.

    “La pêche au ramassage existe à Saint-Louis depuis 30 ans. Des bateaux amènent une quarantaine de pirogues et plus de 200 pêcheurs de d’autres zones d’Afrique comme le Gabon, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry.

    Ces bateaux restent trois mois en mer avant de revenir et les conditions de travail à bord sont très difficile”, indique Maaike. Cette pièce ouvre donc le débat sur les mauvaises conditions de travail des pêcheurs et essaie de promouvoir une amélioration de leurs conditions.”En Hollande, on a une pièce classique de théâtre qui s’appelle “La bonne espérance” et cette pièce parle du même problème alors qu’il existe depuis 100 ans”, a-t-elle précisé. C’est donc cette même pièce qui a été “sénégalisée”, avec un encadrement sénégalo-hollandais et mise en scène par Anna Rottier .

    Pour la sociologue, l’idée lui est venue au cours de ses recherches lors de ses études en 2004. “En écrivant ma thèse j’ai lu la pièce et comme la situation est la même qu’au Sénégal, je me suis dit qu’il serait très intéressant d’en faire une adaptation sénégalaise “, a-t-elle ajouté.

    C’est ainsi que des comédiens ont été triés sur le volet pour assurer les différents rôles. Pour Anna Rottier, écrivain et metteur en scène qui ne maîtrisait pas le Wolof, langue utilisée tout au long de cette pièce, le travail n’a pas été aisé. Même si elle reconnaît que les comédiens sénégalais ont beaucoup de talent, de rythme, d’émotion et comprennent très bien l’interprétation. “Les comédiens sont talentueux, mais ce n’est pas très développé. Il a fallu que je m’adapte à leur niveau pour leur permettre de se développer en travaillant et aussi que je leur apprenne certaines techniques et aussi à travailler la voix, le ventre et aussi les grands gestes”, a-t-elle souligné. Toujours est-il qu’au bout de 6 semaines de répétition, les leçons ont été bien maîtrisées et aujourd’hui, cette pièce, au-delà du festival, va être jouée dans l’ensemble du pays pour imprégner les populations sur les difficultés quotidiennes auxquelles sont confrontées les pêcheurs Saint-Louisiens.

  2. Pingback: African fishermen drive away multinational poachers | Dear Kitty. Some blog

  3. Pingback: Corporate fish poaching in Senegal | Dear Kitty. Some blog

  4. Pingback: Senegalese film on poverty and emigration | Dear Kitty. Some blog

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s